Mon petit village - Illy - Olly - 08200 - Ardennes - Bonne visite

Mon petit village - Illy - Olly - 08200 - Ardennes - Bonne visite

Cliquez ici - Bouilleur de cru

 

Laissez vos commentaires

 

 

Bouilleur ambulant : un métier en voie de disparition

 

Le métier

 

Dans notre campagne ardennaise , il existe un métier très ancien en voie de disparition :

distillateur ambulant . Il consiste en la transformation de fruits fermentés en alcool , en utilisant un alambic .

 

La distillation est un procédé qui a pour but de porter à ébullition les produits fermentés pour en extraire l'alcool appelé << eau de vie >> ou << gnôle >> .

 

Les produits

 

Les fruits fermentés peuvent être des prunes , poires , mirabelles etc ...

Pour obtenir un très bon alcool il faut des fruits sains et bien mûrs ( pas pourris ) .

La fermentation est très importante .

 

Le bouilleur de cru

 

Le producteur de fruits qui vient distiller est un << bouilleur de cru >> .

Pour distiller il doit être propriétaire d'un verger .

 

La réglementation

 

Il y a encore quelques personnes qui bénéficient de l'allocation en franchise gratuite , c'est à dire 10 litres d'alcool pur par an .

 

 

 

 

Alambic en partie en cuivre et un outil de conception très simple , un premier récipient , contient le moût ( liquide à distiller ) lequel est chauffé ( bain - marie , gaz , feu de bois ) . Des vapeurs d'alcools se forment , partent dans un tuyau ou elles seront refroidies afin de condenser pour enfin être récoltées sous forme liquides dans un récipient. 

A la sortie de l'alambic , l'eau de vie est incolore , elle titre entre 52 à 72 degrès , elle est coupée avec de l'eau environ à 42 degrès.

Tous les ans à la même époque ( Février - Mars ) quelques personnes du village possédant des arbres fruitiers ( poiriers - pruniers - mirabelliers ) confiait leurs tonneaux de fruits savament écrasés puis fermentés quelques mois , au bouilleur de cru ( Mr Aubenton André de Saint - Menges ) qui leur distillait avec son alambic , une eau de vie très parfumé et très prisée.

De village en village , à dispenser son savoir-faire . Il sillonne les routes , honorant les rendez-vous avec les producteurs de poires - mirabelles - prunes.

Sous son bonnet de laine , les chiffres demeurent flous : combien de litres sortiront tout à l'heure de la machine , remplisant un méchant seau de bois ? combien de kilos de fruits seront distillés ? difficile de savoir ce que réserve cette cuvée d'alcool fermier !

Au pied de son alambic , les vases , la chaudière , la colonne à distiller , le serpentin et sa tuyauterie , l'homme tout en surveillant la " cuisson " du coin de l'oeil , révèle qu'une bonne eau de vie n'est pas le fruit du hasard.

 

( Problème d'ouverture vidéo - cliquez sur Dailymotion en bas à droite )

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



19/02/2010
6 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres